Aujourd’hui c’est jour d’écriture. Et puisque je vous adore, je vous propose un petit extra: un extrait tout chaud de mon manuscrit ! 

En effet, dans le 3e tome des Éventails du Temps, le Tigre, je rend un petit hommage à mon cousin. Bien sur normalement je ne les dévoiles pas, mais celui-ci je vous le partage car il me tiens à cœur tout particulièrement.

Pour ceux qui croit en apprendre plus sur ma famille, vous serez peut-être déçu, les hommages faits au travers des livres sont beaucoup plus subtile qu’à un gala, voyez par vous-même :

  • Je suis sérieux ma fille. Je ne sais pas combien d’Éventails Yuzumi possède maintenant, mais si Kinactiri est dans la course, cela signifie que nous approchons de la fin. Peu importe lequel de ces psychopathes nous rencontrerons, nous serons autant en danger, que si on se retrouver devant la Comtesse elle-même et sa horde de folles furieuses.

Comme pour appuyer les dires de Ian, un nuage de sable semble poursuivre le petit véhicule.

  • Comment se fait-il que nous n’avons rien sur le Navcom[1].

Un point rouge s’y affiche une fraction de seconde puis s’éteint.

  • Il doit avoir un mode furtif. Quoi qu’il en soit, il se donne beaucoup de difficulté pour ne pas être vu. Si c’est Kinactiri, il va falloir que tu accélères ma chérie.
  • Et si c’est Chu-Jung ?
  • Accélère encore plus, il ne sera pas du tout heureux que l’on soit parti sans lui.
  • Papa ! Qu’as-tu fais encore ?

Activant les commandes, Tamara lance le petit bolide à toute vitesse. Sautant d’une dune à l’autre, on pourrait croire que le « Mouss » vol au-dessus du sable, tel un autre véhicule tout aussi connu, très loin dans la galaxie, sur une autre planète au décor de sable infini.

Elle a beau manœuvrer telle une Gazelle[2], la tempête approche dans un ras-de-marré de sable et de pierres, fracassant tout sur son passage.

  • Quel idiot !
  • Idiot peut-être, mais si tu ne veux pas que nous soyons balayé sur son passage, il faudrait peut-être que tu accélères encore un peu.
  • Oh! T’aies toi papa, je fais tout ce que je peux.

Cette fois-ci, le poursuivant se trouve juste derrière le « Mouss ». Aucun doute, au travers les traces de sable collé à l’avant, Tamara peut identifier le véhicule : c’est le « Steph ». Et son pilote connait très bien ses capacités.

Un peu surprise, Tamara se demande pourquoi le prédateur ne l’a pas encore bousculé. C’est qu’en fait, il cherche à la dépasser. Remarquant que l’armement ne se contrôle pas du cockpit, cela ne veut donc rien dire.

 Malgré les manœuvres risqués et la vitesse au maximum, le deux véhicules se retrouvent nez à nez.

  • Nous sommes dans la merde. Exprime Ian.

En une fraction de seconde, Tamara détourne le regard pour voir le second pilote habillé d’un ensemble sombre de pieds en cape, le visage voilé, mais le regard pénétrant. L’étrange habit de ninja ne fait aucun doute, c’est Kinactiri.

D’un signe de la main, le chasseur lui ordonne d’arrêter.

  • Si tu crois que je suis si facile à intimider, tu vas rester surpris.

Tamara réussi à trouver un peu plus de vitesse en poussant le bolide à utiliser la gravité à bon escient, dévalant les dunes dans l’axe le plus optimum.

  • Voilà comment on pilote pauvre con !

Satisfaite de voir la difficulté à laquelle son poursuivant, la jeune femme sourit d’un large sourire. Malheureusement, sa bonne humeur s’efface presqu’aussitôt. Le casse-cou frappe la roue arrière du « Mouss ». Ce dernier pivote sur lui-même et se lance dans un roulé-boulé complet.

Bien évidemment l’autre véhicule réussi à éviter la catastrophe en passant au-dessus de la boule de sable que représente le bolide sens dessus dessous.

Par chance le « Mouss », toujours aussi agile, en a vu d’autre et retombe sur ses roues. Tamara, surpris par la manœuvre, réactive le moteur. Le « Steph » devant elle est immobile. Elle active la transmission avec le son caractéristique de sable qui grafigne sur l’acier.

Le pilote adverse qui est à sortir de son propre bolide, reste figé un instant avant de reprendre sa place et foncé sur la jeune femme qui n’entend plus à rire :

  • Tu veux jouer à cela ? Nous allons voir ce que nous allons voir.
  • Je connais ce regard. Alors si tu veux bien t’arrêter pour que je débarque.
  • Papa, c’est toi qui nous as embarqués dans cette aventure, tu ne voudrais pas manquer la fin ?
  • Et bien justement, j’aimerais bien que ce ne soit pas la fin.

Les deux montures se lancent l’une contre l’autre. Aucun des pilotes ne semblent vouloir laisser du terrain à l’autre, bien déterminé à remporter l’affrontement décisif.

  • Tu te rappelles que c’est un tueur sans peur et sans vergogne. Former à ce genre de défi. Initié à refouler toutes ses peurs…
  • AAAAARRRRHHHHGG!!!!

Au tout dernier instant, Tamara donne le coup de roue nécessaire pour éviter la collision, ce qui fait monter le « Mouss » le long de la crête d’une dune dans une posture dont l’équilibre précaire n’a rien de rassurant.

[1] Navcom, marque déposée par Yuzumi Inc. Système de géolocalisation avec cartes de navigation (GPS) où se trouvent, en plus, les autres véhicules autours via un transpondeur satellite. (S’té, « le suivre à la trace »)

[2] Ici le terme « Gazelle » fait référence à ces femmes hors pair qui participe au plus prestigieux rallye féminin du monde : Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc.

S’il vous plait soyez indulgent, je viens tout juste de l’écrire et ceci est la version non corrigé de ce qui va se retrouver dans le manuscrit alors vous avez un pré-scoop !! 🙂

-Y-

Aimez et partagez- nous :
fb-share-icon

Tags:

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial